Voyage au Japon : cap sur l'île d'Iriomote

24 Mai 2019 - Asie
Voyage au Japon : cap sur l'île d'Iriomote

Appréciez un avant-goût d’exotisme dans le paysage nippon, plus particulièrement à Iriomote, dans l’archipel de Yaeyama, dans la préfecture d’Okinawa. Au cœur d’un environnement tropical à peine perturbé par 150 000 touristes par an, cette île ourlée de plages blanches a tout pour plaire aux amateurs de destinations sauvages les plus blasés. Sur un territoire presque entièrement couvert de forêts et de mangroves, le randonneur trouve bien chaussure à ses pieds. Il faut absolument rejoindre un groupe de visiteurs ou recourir aux services d’un guide local pour en apprécier chaque recoin le plus insolite en toute sécurité. Côté mer ou côté terre, Iriomote  possède un lot d’endroits pour une introduction réussie dans le Japon « naturel ».

L’île d’Iriomote et sa situation géographique avantageuse

La beauté de l’île d’Iriomote a toujours raison de la fatigue du visiteur après une heure de navigation depuis l’île d’Ishigaki. Iriomote est en effet dépourvu de piste d’atterrissage d’avion malgré sa taille assez conséquente d’une peu moins de 300 mètres carrés. Avec une arrivée presque toujours malaisée sur ce bout de terre qui ressemble à s’y méprendre à une île du Pacifique Sud, le paysage invite immédiatement au délassement. Les forêts primaires tapissent l’île qui ne compte que 2000 habitants. Les passagers transitent par deux ports côté est et côté nord-ouest. Au sud-est, le port d’Ohara draine plusieurs bateaux toutes les heures, en haute saison touristique.

Étant bien protégée des aléas du vent, la rade est accessible toute l’année, sauf en cas de météo vraiment très peu clémente. Le port d’Uehara est celui où les bateaux de visiteurs accostent le plus souvent même s’il faut un trajet de 15 minutes en plus. Les ferrys transitent en effet par l’île de Hatoma au départ d’Ishigaki avant d’arriver à Iriomote. Le port d’Uehara est en effet plus proche des sites touristiques que son homologue du sud-est de l’île, desservi néanmoins par une ligne de bus depuis l’embarcadère. L’île d’Iriomote tire également parti de sa situation au cœur du parc national Iriomote-Ishigaki. Délimité en 1972, ce parc abrite la mangrove la plus septentrionale d’Asie qui couvre une grande majorité de la surface de l’île.  

Les plages d’Iriomote, pas comme ailleurs

Les visiteurs sont très nombreux à inscrire les plages d’Iriomote dans leur circuit de voyage non pas pour s’y baigner tout au long de la journée, mais pour observer le sable étoilé. Cette expression n’est pas imagée, le sable est bel et bien constellé. Si la légende raconte que ces petites étoiles sont nées de l’amour entre la constellation de la Croix du Sud et l’étoile du Nord, la science raconte autrement leur formation. Ces milliers d’exosquelettes qui peuplent en effet les rivages d’Iriomote sont les restes de petits organismes marins charriés par les vagues et déposés sur les côtes au fil des années.

Tout le pourtour des côtes est propice à leur découverte. Les plages sont laissées à leur état originel expressément. Ici, aucune construction ne vient perturber la beauté des rivages. Au-delà de la baignade, avec prudence cependant pour prévenir les piqûres de méduses, nombreux sont ceux qui explorent les fonds marins en snorkeling. Une barrière de corail protège en effet les côtes à quelques mètres. Les deux ports de l’île accueillent par ailleurs des centres de diving accompagnant les plongeurs comme les non-plongeurs dans leur quête d’endroits sauvages aux alentours de l’île d’Irimiote.

Les visites au fil de l’eau pour découvrir la nature intacte d’Iriomote

Il faut remonter l’une des deux rivières de l’île pour croiser dans toute leur splendeur les forêts et les mangroves qui composent la presque totalité du paysage d’Iriomote. Sur le cours placide de Nakama ou d’Urauchi, les bateaux naviguent jusqu’au cœur de l’île où la jungle protège de nombreuses espèces endémiques du Japon et d’Iriomote. Les randonnées peuvent s’enfoncer jusque dans les habitats des chats sauvages Yamaneko, qui, en fonction du temps qu’il fait rodent aussi sur les rives des deux rivières.

Cette espèce fascine toujours autant les chercheurs. Longtemps associé à la légende d’un mystérieux félin, ce chat-léopard aime les espaces côtiers humides contrairement au chat domestique. Les forêts d’Iriomote réunissent encore aujourd’hui toutes les conditions pour leur développement, même s’ils sont en danger critique d’extinction. Une centaine de spécimens vivent encore dans la jungle reculée de l’île. Les balades au fil de l’eau sur Urauchi se passent sur le plus long fleuve de l’archipel. Avec ses airs d’Amazones et sa limpidité, ce fleuve abrite dans ses entrailles d’innombrables espèces de poissons à observer également au cours du voyage. Plus de 350 espèces vivent sous les eaux d’Urauchi parfois visitées par des requins-bouledogue.

Les randonnées pédestres facultatives dans les mangroves sont programmées si le temps le permet. Deux heures suffisent pour suivre un sentier bien balisé à travers les écosystèmes marécageux à la rencontre d’une végétation tropicale à souhait. Les infrastructures ont été pensées pour le « confort » des visiteurs, même au fond de la jungle. Des toilettes sont même à leur disposition. Pour bien préserver l’écosystème de la forêt, il est demandé de ne pas sortir du parcours tracé.

Les plus aventuriers remontent ensuite le fleuve en canoë-kayak. Les bateaux affrétés par les touristes pour l’occasion les mènent jusqu’à l’entrée du circuit avant de repartir pour revenir après 2 heures. Plusieurs options s’offrent aux visiteurs pour parcourir le fleuve. Si les uns choisissent de faire l’aller-retour par bateau uniquement et en restant à bord, les autres optent pour un aller avant de partir en randonnée dans la forêt et de prendre un autre bateau à la fin du parcours. Pour cette option, les départs sont programmés toutes les heures à partir de 9 heures 30 jusqu’à 15 heures 30.

Traverser Iriomote à pied, un bon plan de découverte ?

Ce parcours assez technique requiert de bonnes conditions physiques et l’enregistrement de son circuit prévu au poste de police de l’île. Le sentier qui traverse Iriomote du nord au sud est tout d’abord long de 20 km. Ensuite, le sentier n’étant pas très bien indiqué à la pointe sud de l’île, l’idéal est de recourir aux services d’un guide local pour retrouver son chemin. Le parcours serpente par ailleurs à travers la jungle, rencontrant ainsi le territoire de plusieurs animaux sauvages. 

Où manger, se loger et se divertir à Iriomote ?

Il faut mettre le cap sur l’îlot de Hatoma pour tâter le pouls de l’archipel. Ici se trouve l’unique restaurant et le plus proche d’Iriomote où des chambres sont également proposées à la location. Mais en matière d’hôtels, Iriomote en possède quelques-uns classés de luxe. En bord de plage ou avec vue panoramique sur la jungle, ces hôtels affichent souvent complet surtout en pleine saison touristique. Il faut donc s’y prendre un peu plus tôt pour les réservations. Quelques resorts ont également vu le jour sur Iriomote.

Les plus connus se trouvent à 10 minutes du port d’Ohara. Ces resorts proposent la navette gratuite depuis le port dans leurs forfaits de séjour. Les options d’hébergement comprennent également des activités organisées, notamment la plongée sous-marine, le snorkeling et le canoë-kayak. Iriomote propose également des pensions dont la plupart se trouvent à moins de 5 minutes à pied des plages de l’île. Certains hébergements se trouvent dissimulés au cœur de jardins tropicaux et sont couverts d’une connexion Wi-Fi dans l’ensemble du domaine.

Comment se déplacer à Iriomote ?

Un bus touristique est mis à la disposition des voyageurs pour faire le tour de l’île à travers la route préfectorale 215. Il s’agit de la seule route de l’île, assez courbée par ailleurs. Une heure suffit pour parcourir Iriomote dans son ensemble tout en photographiant un panorama saisissant. Le bus local rallie également les principaux endroits de l’île, au même titre que les taxis qui stationnent près des deux ports de l’île.

Où prolonger son séjour à Iriomote ?

Les îles Miyako, d’autres trésors de la nature à découvrir

Les îles Miyako sont presque indissociables d’un voyage à Iriomote. Ce groupe d’îles du sud du Japon fait également partie de l’archipel Sakishima avec les îles Yaeyama, dont fait partie Iriomote. L’archipel de Miyako avec son confetti de 8 îles habitées est un réel paradis tropical. La plus grande île de l’archipel, l’île de Miyako se trouve à 120 kilomètres au sud-ouest de l’île d’Ishigaki, d’où les visiteurs embarquent pour l’île d’Iriomote. Moins d’une heure de vol sépare les deux îles.

L’île de Miyako avec sa superficie de 158 km² accueille l’aéroport principal de l’archipel à Hirara, sa ville principale également équipée d’un port d’où partent les ferrys pour rejoindre les îlots voisins Shimoji et Irabu. Au même titre qu’Iriomote, l’archipel de Miyako affiche un climat subtropical caractéristique des îles japonaises. La période la plus agréable pour les visites se situe entre avril et novembre lorsque la température oscille autour de 25 °C et que les précipitations sont faibles.

Cap sur les plus belles plages de Miyako

Autour d’un territoire composé de sol calcaire, la mer est transparente. Les plages qui encerclent l’île de Miyako sont très blanches. Les étendues de sable du sud-ouest de l’île sont parmi les plus plébiscitées pour la détente en bord de mer. Elles sont belles, mais peu fréquentées offrant l’opportunité de se prélasser tout en appréciant l’environnement intact. La plage d’Yonaha Maehama figure souvent sur les circuits sur l’île. Les activités sont nombreuses, quelques bars et restaurants sont implantés en bord de mer. Les excursions en bateau sont souvent combinées aux activités de snorkeling et de plongée sous-marine depuis cette plage.

Au nord-ouest, le paysage est différent, mais les plages sont aussi exceptionnelles. Elles sont entourées de falaises rocheuses les protégeant des courants marins. Les activités nautiques y sont aussi nombreuses avec en prime plusieurs spots de location d’équipement dédié à la plongée sous-marine entre autres. Dans cette partie de l’île, la plage de Sunayama incarne parfaitement l’image du Japon exotique avec ses eaux bleues et son climat toujours doux.

Au sud-est de l’île de Miyako, les plages sont plutôt dédiées à la plongée en apnée. Dans les spots au large de la plage de Boraga par exemple, de nombreuses espèces de poisson et de tortues marines peuplent les fonds marins. Cette plage est aussi celle où les amateurs de balades en canoë-kayak se retrouvent à Miyako.

Se déplacer facilement à Miyako

Avec sa largeur de 20 kilomètres à peu près, l’île de Miyako est facile à relier d’est en ouest en voiture. Quelques minutes suffisent donc pour atteindre n’importe quel site touristique de l’île. Le véhicule – disponible en location pour les visiteurs - est alors le moyen de transport le plus utilisé sur l’île. Le déplacement en vélo est aussi très facile, ce moyen de transport permettant également de circuler sur le pont reliant l’île de Miyako à l’îlot d’Irabu. Ce pont d’une longueur de 5 kilomètres permet de rejoindre les spots de plongée sous-marine parmi les plus beaux de l’archipel de Miyako. Plus d’une centaine de sites attendent les plongeurs expérimentés comme les débutants. À Irabu, les balades en bateau le long des côtes croisent également plusieurs grottes qui obstruent le littoral.

À Miyako, pour déguster la délicieuse cuisine locale

Dans cette région d’Okinawa, il est impossible de séjourner sans goûter à la cuisine locale traditionnelle. L’île de Miyako étant une importante zone d’agriculture, les fruits exotiques abondent et figurent dans les desserts servis en hôtel ou en restaurant. La papaye Manju est notamment très appréciée pour son goût naturellement sucré et pour sa richesse en nutriments essentiels pour l’organisme. Les mangues sont également délicieuses. La viande bœuf est d’une excellente qualité. Les fruits de mer et les crustacés sont, sans surprise, aussi succulents que les autres ingrédients phares de la cuisine locale. Le petit crabe Yashigani, aussi appelé « crabe des cocotiers » est préparé de différentes façons. Les beignets de crevettes et de légumes accompagnent souvent les fameuses nouilles de sarrasin appelées Soba, très célèbres au Japon. Les plats se dégustent froides ou chaudes dans un bouillon. Les nouilles de sarrasin sont intimement liées à l’histoire du Japon, qui en consomme depuis l’époque Edo à la fin du 16e siècle.

A propos de l'auteur: Sarah Hoceani

Je suis passionnée de voyage depuis que j'ai opéré dans le domaine du tourisme. J'ai fait de nombreuses découvertes tout au long de mes expériences. Les voyageurs, je les connais bien. Des destinations, il y en a beaucoup. Chaque endroit est unique et cache bien des secrets. Alors, à travers mes écrits, je vous dévoile les mystères des plus beaux lieux du monde. N'hésitez surtout pas à me laisser des commentaires ou des critiques.

  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES