Pour quelles raisons visiter Lord Howe Island ?

10 Mai 2019 - Oceanie
Pour quelles raisons visiter Lord Howe Island ?

Nommée d'après un lord de la Royal Navy, l'île Lord Howe est un des paradis perdus au cœur du Pacifique. Ballotté par la mer de Tasman, ce bout de terre en forme de croissant est le berceau d'une des plantes d'intérieur les plus populaires au monde, le palmier kentia. L'île australienne tire également sa notoriété de son patrimoine naturel terrestre et marin d'une incroyable richesse. Déclarée patrimoine mondial par l'UNESCO, l'île Lord Howe constitue ainsi une destination de choix pour les touristes en quête d'un endroit tranquille à l'environnement préservé où les activités se multiplient.

L'île Lord Howe, l'Éden australien

Un séjour à l'île Lord Howe conduit au cœur du Pacifique, en mer de Tasman au large de la côte est de l'Australie. Ce bout de terre d'une dizaine de kilomètres de long et de 2 kilomètres de large baigne à 600 km de Port Macquarie, la ville la plus proche. Lord Howe s'est formé suite à une éruption volcanique à plus de 2 000 m de profondeur sous la mer. Le sol fertilisé par la cendre volcanique a permis l’épanouissement d’une flore luxuriante. L'île sert ainsi d'écrin à quelques espèces végétales endémiques comme les kentias. Il s'agit d'un palmier utilisé autrefois par les premiers colons en guise de toiture des maisons. Exporté pour la première fois par un guide de montagne dénommé Ned King, le kentia est aujourd’hui un arbuste décoratif très apprécié. Cette nature profuse est par ailleurs le terrain de jeu d'une faune tout aussi riche, dignement représentée par une belle population aviaire. Les fonds marins de Lord Howe foisonnent également de vie. Ce patrimoine naturel préservé et remarquable aussi bien à terre qu'en mer lui a valu son classement au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO depuis 1982.

De station d'approvisionnement de baleiniers à haut lieu touristique australien

La première mention de l'île Lord Howe remonte à février 1788 dans les écrits du capitaine Henry Lidgird Ball. Celui-ci découvre ce bout de terre alors qu'il devait accompagner un navire chargé d'une quinzaine de prisonniers à l'île de Norfolk. Sur le voyage du retour en mars de la même année, il décide d'y laisser des membres de son équipage. Il nomme l'île d'après le premier Lord de l'Amirauté à l'époque, Richard Howe. Il en profite également pour baptiser l'une des montagnes de Lord Howe, Lidgbird, et un monument géologique imposant situé à une vingtaine de kilomètres de l'île, la pyramide de Ball. Le premier établissement permanent n'est toutefois enregistré qu'en juin 1834. Les hommes laissés sur place avaient pour tâche la mise en place d'une station d'approvisionnement de baleiniers australiens. Ils marchandaient la viande, les légumes, l'eau, les oiseaux, dont les baleiniers fixaient le prix. Mais avec la découverte du pétrole comme alternative à l'huile de baleine, l'île est désertée par les baleiniers, mettant à mal son économie. Au début des années 1900, l'exploitation de palmiers kentia et la ligne régulière de transport maritime de la compagnie Burns Philip apportant de plus en plus de touristes amorcent son regain économique. Ces deux activités demeurent jusqu'à aujourd'hui les principales sources de revenus des habitants de l'île Lord Howe.

 

Lord Howe, une destination parfaite pour se déconnecter du monde

L'île ne dispose que d'un village pittoresque articulé autour d'une rue. Elle compte tout au plus 350 habitants qui cultivent eux-mêmes les fruits et les légumes qu'ils consomment. Les exploitations agricoles occupent un dixième des forêts de l'île. Si le tourisme demeure une des principales sources de revenus de l'île, afin de préserver l'environnement naturel et l'équilibre fragile de Lord Howe, le gouvernement australien a limité le nombre de visiteurs autorisés chaque jour à 400. Ce joyau insulaire distille ainsi une quiétude certaine, loin du tumulte des grandes villes australiennes. Pour visiter cette petite île d'à peine 20 km², le vélo demeure le meilleur moyen de transport. Quelques voitures parcourent la route traversant l’île du nord au sud. Ici, la vitesse est limitée à 25 km/h. Par son isolement, l'île n'est pas couverte par un réseau mobile. Pour passer un appel, il faut se servir d’un poste fixe. Certains logements disposent d’une connexion Internet.

Plongeon au cœur du récif corallien le plus méridional de la planète

La barrière corallienne de l'île de Lord Howe se trouve par 31° de latitude sud, ce qui en fait la barrière de corail la plus au sud du monde. Formée par une centaine d'espèces de coraux, elle délimite un immense lagon turquoise, un aquarium naturel où vont et viennent plus de 400 espèces de poissons pour la plus grande joie des amateurs de plongée libre. Sur un fond de jardin corallien panaché, les plongeurs vont à la rencontre d'espèces tropicales comme les poissons-perroquets ou encore les poissons-anges, mais aussi des tortues vertes. En été, les plongeurs profitent d'une bonne visibilité jusqu'à 40 mètres de profondeur. Les plongeurs avertis peuvent quant à eux programmer leur safari subaquatique au large où s'égrène une cinquantaine de spots accessibles en 10 à 20 minutes de navigation depuis la côte. Les plongeurs novices peuvent se rendre à Erscotts Hole, un spot situé à 5 mètres du lagon et affichant une profondeur maximale de 8 mètres. Ce site est idéal pour réaliser des photographies sous-marines. Comets Hole est un autre spot incontournable pour les photographes sous-marins, tant la vie y est abondante. Les plongeurs expérimentés tentent une session au Tenth of June. La plongée se fait le long d'un récif pouvant descendre jusqu'à 18 mètres de profondeur. En plus de la plongée, diverses autres activités nautiques sont proposées à Lord Howe. Les touristes peuvent ainsi dompter les vagues sur leur planche de surf ou se balader sur le lagon en kayak. La plage de Blinky Beach offre de bonnes conditions pour surfer. Après des journées bien remplies, nombreux visiteurs profitent du soleil sur la plage. Parmi les plus belles figure la plage d'Old Setlment, également appréciée des tortues. Ned's Beach, nommée d'après Ned King, garantit également une belle expérience exotique. À seulement un mètre de la plage, il est possible de donner à manger aux poissons.

L'île Lord Howe, un spot d'observation aviaire remarquable

L'île compte une quinzaine d'espèces d'oiseaux de mer ainsi qu'une vingtaine d'espèces d'oiseaux terrestres, dont le râle sylvestre. Il s'agit d'une espèce d'oiseau incapable de voler, et qui, grâce à un programme de sauvetage a pu échapper à l'extinction. Suivant les saisons, le spectacle est différent. Ainsi de novembre à juin, les ornithologues en herbe assistent aux ballets aériens des Phaétons à brins rouges. De septembre à mai, au crépuscule, les puffins sont les stars. Le pétrel de Solander s'observe pour sa part de mars à novembre. Il s'agit d'un des oiseaux les plus rares au monde. Il apprécie la fraîcheur des hautes montagnes dans le sud de l'île. Pour débusquer quelques sternes fuligineuses, il faut se rendre dans les collines du nord, de préférence de septembre à janvier. Habitués à la présence de l'homme, les oiseaux se laissent facilement approcher.

Randonnée à la conquête du mont Gower

L'éruption volcanique à l'origine de Lord Howe a dessiné le relief tourmenté de l'île. Dans le sud trônent deux massifs, le massif Gower, le point culminant de l'île, haut de 875 mètres, et le mont Lidgbird, haut de 777 mètres. Lors d'un séjour à Lord Howe, les randonneurs experts partent à la conquête du mont Gower. Ce circuit dure environ 8 heures, aller/retour, et comprend de l'escalade. Les randonneurs évoluent à l'ombre de fougères géantes, de banians et autres plantes exotiques. Ils sont gratifiés une fois au sommet, d'une vue panoramique sur le reste de l'île. Il existe également des itinéraires moins techniques permettant d'admirer pleinement le lagon à l'image de celui menant au sommet de Transit Hill. D'autres parcours serpentent à travers une forêt de kentias comme celui menant à Malabar Hill.

Balade au fil de l'eau jusqu'à la pyramide de Ball

Pour agrémenter un séjour à l'île Lord Howe, il est possible d'embarquer à bord d'un bateau pour une escapade au fil de l'eau jusqu'au pied de la fameuse pyramide de Ball. Cet immense piton rocheux haut de 562 m et long de plus d’un kilomètre est situé à 25 km de Lord Howe à laquelle il est rattaché administrativement. Ce gros rocher est le vestige de la cheminée d'un volcan vieux de plusieurs millions d'années. Il est interdit d'escalader cette île australienne, mais le spectacle qu'elle offre de loin suffit à impressionner le visiteur. Cette formation géologique est dépourvue de végétation, sauf d'un spécimen : le Melaleuca howeana, une espèce de la même famille que l'arbre à thé. Cet arbre abrite une population survivante d'une espèce de phasme considérée comme éteinte dans les années 1930. Cet écosystème puise l'eau dont il a besoin pour survivre dans une crevasse de l'île. Les eaux aux alentours de la pyramide de Ball sont parfaites pour plonger. 

Entre golf et visites culturelles

Un séjour à Lord Howe passe assurément par son unique localité. Ce village distille cette atmosphère si tranquille tant appréciée des visiteurs venus se ressourcer loin de l'effervescence des grandes villes. La localité abrite un restaurant, deux épiceries et un musée. Ici, des conférences portant sur la faune et la flore de l'île se tiennent régulièrement. Si les amoureux de la nature trouvent leur bonheur durant un voyage à Lord Howe, les golfeurs novices et professionnels ne sont pas non plus déçus par leur séjour. Un parcours de golf se trouve en effet dans le nord de l'île. Il s'agit d'un parcours de 9 trous serpentant à travers des fairways au bord de la mer et des forêts de kentia. Durant les vacances programmées à Pâques, les habitants et les visiteurs amateurs de golf sont invités à participer au tournoi. Durant un séjour incluant le dernier dimanche du mois, il ne faut surtout pas manquer Lord Howe Island Community Markets. Ce marché est l'occasion de découvrir les spécialités culinaires, la musique, mais également l'artisanat local.

La meilleure période pour programmer un voyage à Lord Howe

L'île australienne bénéficie d'un climat subtropical qui ne présente pas de saison sèche. En effet, les précipitations sont assez importantes avec une moyenne de 1401 mm par an. Combinée au sol fertilisé par les cendres volcaniques, cette précipitation importante a permis à la végétation de se développer. Les pluies sont plus importantes de mai à août, correspondant à l'hiver. La température oscille autour de 17 °C. Cette saison se prête à la découverte de l'île Lord Howe pour les voyageurs qui ne craignent pas d'être incommodés par la pluie. L'été, de septembre à mars quant à lui enregistre des précipitations moins importantes. Le mercure est plus élevé et tourne autour de 24 °C. C'est la meilleure période pour programmer un séjour sur l'île.

Comment se rendre à Lord Howe et où se loger ?

Un vol part quotidiennement de Sydney pour l'aéroport de Lord Howe. Il dure environ 2 heures. Il est également possible de prendre un vol depuis Brisbane programmé uniquement durant le week-end. Pour ces vols, le poids total des bagages autorisés est limité à 14 kg, 4 kg pour les bagages à main. Il est également possible de rallier l'île, depuis le continent par la voie des eaux. La navigation dure environ 3 jours à bord d'un cargo. Sur l'île Lord Howe, différents types de logements sont accessibles. Ceux qui aspirent à un séjour sous le signe du raffinement choisissent un luxueux duplex donnant sur une terrasse privée ou un lodge. Des bungalows sont aussi proposés aux touristes qui disposent d'un budget moyen. Les voyageurs qui souhaitent profiter de plus d'autonomie optent pour des logements indépendants équipés d'une cuisine et d'une salle de séjour. La plupart de ces établissements disposent d'un restaurant accessible au public uniquement sur réservation. Les plats à base de poisson et de fruits de mer fraîchement pêchés sont à l'honneur à la table des restaurants. De succulents mets préparés avec des viandes de ferme et des légumes du potager s'y dégustent également.

 

A propos de l'auteur: Emma Cruz
Avant, j'étais journaliste, mais après j'ai consacré  une grande partie de ma vie à visiter les quatre coins du monde. Je ne m'en passe plus actuellement et notamment pour le futur. J'ai fait pas mal de route jusqu'à maintenant. Et ces découvertes, je vous les partage afin que vous puissiez être bien préparé avant d'entreprendre votre escapade lointaine.  Alors, soyez prêts à découvrir le monde et n'oubliez pas de partager vos avis ou vos commentaires.
  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES