A la trace de l'histoire égyptienne à Saqqarah

A la trace de l'histoire égyptienne à Saqqarah

Une partie importante de la fascinante histoire de l’Égypte se découvre au cours d'une visite de ses célèbres nécropoles. Celle de Gizeh a acquis une renommée planétaire, notamment en raison de la présence des 3 pyramides de Khéops, de Khéphren et de Mykérinos. Un peu plus au sud du Caire, Saqqarah dispose pourtant de curiosités encore plus intéressantes, dont la première des pyramides égyptiennes, même si cette nécropole est restée méconnue des voyageurs des 4 coins du monde. Remontée dans le temps au nord-est de l'Afrique, à la trace de l'histoire égyptienne à Saqqarah. 

 

Mille et une merveilles à voir et à faire en Égypte

De toutes les plus belles destinations de la planète, l'Égypte est unique. Elle offre aux visiteurs ses innombrables trésors réunis sur un seul plateau. En quête de soleil et de plage, les voyageurs ont l'embarras du choix lors d'un périple dans ce pays bordé à la fois par la mer Rouge et la mer Méditerranée. À l'est de l’Égypte, nombreux sont ceux qui succombent aux charmes de ses irrésistibles stations balnéaires. Plongée sous-marine et farniente sont au rendez-vous au cours d'un séjour dans les villes d'Hurgadha et d'El Gouna. Sur le littoral nord, Alexandrie et les eaux émeraude de la Méditerranée convient à une baignade tout au long de l'année. Traversant le pays du nord au sud, le Nil apparaît comme un autre joyau égyptien à explorer au cours d'une traversée. Mêlant délassement et découverte, les croisières sur ce long fleuve excédant 6 000 kilomètres laissent entrevoir une partie des témoins éternels laissés par les temps antiques égyptiens.

Pays des Pharaons, cette destination du Nord-est africain exhibe en effet des pyramides exceptionnelles, dont certaines sont remarquées lors d'une descente du Nil. D'une hauteur de 146 mètres et érigée sur une base de 230 mètres, des caractéristiques lui valant l'appellation de grande pyramide, visiter celle de Khéops est pour beaucoup la principale motivation d'un séjour sur le sol égyptien. Passionnante terre d'histoire et destination indiquée pour une remontée dans le temps, l’Égypte recèle de sites étonnants, comme la nécropole de Saqqarah et le complexe funéraire du pharaon Djéser.

 

L’Égypte et sa riche histoire

Visiter les nécropoles et les pyramides en Égypte, et surtout le site de Saqqarah, serait incomplet sans acquérir une notion de l'histoire captivante de ce royaume des Pharaons. Pour une simplification de la compréhension, les spécialistes en égyptologie ont fractionné l'histoire antique du pays en plusieurs périodes. Si la période prédynastique trouve ses débuts vers -8000 avant l'ère actuelle, du temps où la préhistoire égyptienne était sur sa fin, l’avènement des Pharaons ne commence véritablement que vers -3500. De -3500 à -3100, soit vers la fin de la période prédynastique, vont alors se succéder divers souverains qui vont initier l'établissement des premières institutions pharaoniques : c'est la dynastie zéro, qui a vu plusieurs règnes, de Scorpion Ier à Narmer. Beaucoup considèrent d'ailleurs que Narmer est le premier pharaon qui a véritablement concrétisé l'unification du pays, en rassemblant la Haute et la Basse-Égypte.

À la période prédynastique succède celle appelée thinite, qui va s'étirer jusqu'à environ -2700. La Iere et la IIe dynastie vont s’enchaîner au cours de la période thinite durant laquelle le pouvoir et la richesse des pharaons vont croître. Les mastabas finement travaillés et les nombreuses structures de culte funéraire observées à Abydos, au nord-ouest de la ville de Louxor, témoignent de cette montée en puissance de l'autorité des souverains égyptiens. À cette époque apparaissent en effet ces édifices funéraires que sont les mastabas, utilisés pour servir de sépulture aux pharaons, aux hauts dignitaires et autres membres de l'aristocratie. Environ entre -2650 et -2150 vient ensuite l'âge d'or de l’Égypte antique : c'est l'ancien empire, qui apparaît après la période thinite. La IIIe dynastie amorce cette période de 500 ans au cours de laquelle les bases de la civilisation égyptienne sont posées à travers une évolution des arts, des institutions politiques, de la philosophie et de la religion.

 

Le pharaon Djéser, Imhotep et la période de l'architecture monumentale

Djéser est le souverain régnant à l'entame de cette IIIe dynastie, vers -2650. Si les spécialistes en égyptologie sont encore confus sur la durée véritable de son règne, estimée à 19 ou 29 ans, tous s'accordent que c'est l'un des plus grands bâtisseurs de l'ancien empire égyptien. Outre la réussite économique et l'ouverture culturelle vers l'Orient qui se sont intensifiées sous sa régence, ce sont les innombrables innovations qu'il a introduites qui lui doivent son exceptionnelle renommée. Nom bien connu mondialement, Imhotep se présente comme l'un des artisans de cette heureuse prospérité remarquée à l'époque de Djéser. Architecte ingénieux, celui qui est aussi vizir du pharaon est connu également pour ses compétences pointues en médecine et en philosophie.

Personnage aux multiples talents, Imhotep remplit de nombreuses fonctions sous le règne du pharaon Djéser. S'intéressant à l'écriture et à l'art des scribes, il est nommé maître de la discipline. Sage par excellence et d'un esprit brillant, il est par ailleurs considéré comme le fondateur de la médecine égyptienne antique. Imhotep est également un architecte hors pair, étant à l'origine de l'architecture monumentale en raison des œuvres qu'il a conçues à l'époque. À la fois sculpteur et charpentier, beaucoup considère en effet qu'il serait le précurseur de la pierre taillée. L'innovation architecturale la plus marquante de cet éminent vizir de Djéser est d'ailleurs la généralisation de l'utilisation de la pierre comme matériau de construction pour l'édification des tombeaux et des temples. Traditionnellement, les briques en terre cuite étaient employées antérieurement à cette brillante trouvaille d'Imhotep. L'une de ses plus belles réalisations est alors le complexe funéraire de Djéser, incluant la première pyramide égyptienne, qui s'étend sur le plateau de Saqqarah.

 

Visite de la nécropole de Saqqarah

À quelques kilomètres au sud du Caire et à une quinzaine du plateau de Gizeh, la nécropole de Saqqarah est un site archéologique d'exception. Implanté sur les rives occidentales du Nil, ce site long d'environ 8 kilomètres est le plus vaste du genre en Égypte, accessible en voiture depuis la capitale. La visite de cet ensemble de tombes égyptiennes remontant aux périodes antiques fait le bonheur des amoureux de découvertes et des archéologues et égyptologues en herbe.

En Égypte, depuis des époques bien lointaines, l'emplacement des nécropoles est toujours situé à l'ouest des lieux habités. Les peuples de ces périodes envisageaient en effet une existence rythmée par le parcours du soleil. Ce principe érigé au rang même de croyance les incitait à vivre du côté de l'orient, sur la rive droite du Nil. En conséquence, les terres longeant la partie occidentale du fleuve, là où le soleil se couche, ont été des endroits réservés à l'édification des demeures d'éternité, ces complexes funéraires et autres tombeaux et sépultures.

Étendue sur le plateau de Saqqarah, la nécropole éponyme est impressionnante. La première affectation de l'endroit comme lieu d'accueil des tombeaux et sépultures remonte à environ -3050, dès la Iere dynastie. C'est tout au long de la période de l'ancien empire que la construction de ces caveaux a cependant connu un pic sur les lieux. Après un passage transitoire durant lequel la nécropole de Saqqarah a été moins utilisée, les souverains et autres dignitaires ont repris l'installation de leur sépulture à cet endroit jusqu'à la période du nouvel empire. Sur une durée d'au moins 2000 ans, environ entre -3050 et -1050, la nécropole a ainsi été l'un des sites les plus utilisés pour l'édification de tombeaux, de monuments et autres complexes funéraires.

À Saqqarah, les visiteurs de passage côtoient les explorateurs et les archéologues, la nécropole étant aujourd'hui encore en fouille perpétuelle. De nouvelles tombes sont ainsi régulièrement découvertes sur les lieux, de quoi garnir davantage l'immense recueil de l'histoire antique égyptienne. La nécropole de Saqqarah suscite en effet un intérêt historique particulier, car les traces et les vestiges de ces sépultures offrent aux égyptologues des indices précieux pour comprendre l'existence des Égyptiens durant ces temps lointains.

 

Le complexe funéraire du pharaon Djéser et la première pyramide égyptienne

Lors d'une visite de la nécropole de Saqqarah, le circuit le plus prisé mène vers le complexe funéraire de Djéser. La pyramide à degrés est le point culminant de cette promenade, mais le site entier dédié au premier pharaon de la IIIe dynastie vaut à lui seul le détour sur ce plateau situé au sud de la capitale.

Le complexe funéraire de Djeser est un immense espace rectangulaire étendu sur une quinzaine d'hectares dans la nécropole de Saqqarah. Un impressionnant mur de protection fortifié de plus de 10 mètres de hauteur entourait le site autrefois. Aujourd'hui, seuls les vestiges de cette épaisse muraille sont remarquables sur les lieux. Située à l'angle sud-est du complexe funéraire, la partie restante du mur présente l'unique voie d'accès au site. Haute de 3 mètres et large de 1, cette entrée mène directement dans un immense couloir garni de colonnes et donnant sur la grande cour sud du complexe funéraire de Djéser.

La pyramide à degrés de Djéser trône au centre du complexe, séparant les cours sud et nord. Les 6 étages réguliers de la pyramide en font un ouvrage exceptionnel. Cette succession de paliers-terrasses sur 6 niveaux reflète en effet le génie architectural de son concepteur, Imhotep, qui a voulu dresser un gigantesque escalier vers le ciel lors de son édification. La pyramide de Djéser est en réalité le résultat de l'empilement de plusieurs mastabas, construits avec des moellons de pierre calcaire, faisant de l'édifice le premier au monde construit avec ce matériau. La base de la construction s'étire sur une superficie de 121 x 109 mètres, et sa hauteur s'élève à environ 62 mètres. Un réseau de galeries est creusé dans cette pyramide, qui intègre également un puits central, l'endroit accueillant le sarcophage du pharaon.

D'autres curiosités sont également à découvrir au cours d'une exploration dans ce remarquable complexe funéraire. La cour sud recèle diverses structures dont l'utilisation de certaines est encore inconnue aujourd'hui. Il s'agit par exemple des 2 autels situés à proximité du couloir à colonnades. Les salles d'offrande et le temple T sont également à découvrir dans cette partie du complexe funéraire.

 

Musée et pyramides : des lieux uniques à découvrir à Saqqarah

Si le complexe funéraire de Djéser est la principale attraction des visiteurs lors d'une visite de la nécropole de Saqqarah, les autres sites à proximité sont également d'un grand intérêt. Au sud de la pyramide de Djéser se dresse le complexe dédié au pharaon Ounas, neuvième et dernier souverain de la Veme dynastie. Ce souverain qui a régné aux alentours de -2350 avant l'ère actuelle est reconnu pour être le premier pharaon à décorer les parois de sa demeure d'éternité avec des hiéroglyphes. Si l'entrée dans la pyramide de Djéser est restreinte, voire interdite en raison des risques importants d'éboulement, une exploration de celle d'Ounas est totalement autorisée pour voir de plus près ces traces laissées il y a plus de 4 000 ans. Une visite de l'endroit est ainsi de mise, pour remarquer les nombreuses inscriptions très bien conservées sur les couloirs ou la chambre funéraire. De nombreuses autres pyramides sont également disséminées dans la nécropole, et certaines peuvent également être visitées.

Achevé en 2003 et inauguré en 2006, le musée Imhotep réserve une multitude de curiosités aux voyageurs lors d'une visite à Saqqarah. Situé sur la route menant vers la nécropole, l'endroit conserve de nombreux objets et autres découvertes trouvés sur le site. Au cours d'un détour dans le musée, remarquez une momie ptolémaïque remontant à la période lagide, soit d'environ -323 à -30. 6 galeries sont à découvrir dans ce musée, qui regorge d'une collection de pièces diverses. Les statues, les stèles en pierre et en bois ainsi que certains des outils antiques utilisés à l'époque sont exposés dans plusieurs espaces du musée. L'une des galeries est par ailleurs consacrée à l'égyptologue français Jean-Philippe Lauer. Cet archéologue a consacré sa vie à la réalisation de nombreuses fouilles sur la nécropole. Depuis 1920 et environ 75 ans durant, cette personnalité passionnée a étudié une grande partie du site et participé à la reconstruction des secteurs entiers dans le complexe funéraire dédié au pharaon Djéser. 

A propos de l'auteur: Mélanie Delmer
Depuis quelques années, j'ai longuement lu divers sujets sur différents thèmes à partir de différents blogs. Parmi ces blogs, les loisirs étaient mes favoris. Lorsque je découvre un en particulier, tout de suite j'ai des idées en-tête. Mes inspirations, j'aime les faire savoir à tout le monde et d'ailleurs, c'est un grand plaisir. J'écris, je joue avec les mots pour être un modèle ou même être une bonne référence pour d'autres passionnés comme moi.
  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES