Voyageur professionnel, connaissez-vous le bleisure ?

17 Mars 2017 - Conseils aux voyageurs
Voyageur professionnel, connaissez-vous le bleisure ?

Aujourd'hui très tendance, le bleisure désigne l'art de profiter d'un voyage professionnel pour faire du tourisme. Le phénomène qui prône la pratique d'activités en plein air, avec la famille ou les collaborateurs, est d'ailleurs en phase de devenir le « nouveau golf » des entreprises.

Une nouvelle tendance prônée par les jeunes cadres

Joindre l'utile à l'agréable, c'est le concept même du bleisure. Selon les envies propres à chaque voyageur professionnel, le bleisure (b pour business et leisure pour loisir) implique soit de partir quelques jours à l'avance, soit de rallonger le séjour, pour profiter d'un moment de détente. De plus en plus à la mode, cette pratique concerne 47 % des voyageurs d'affaires américains contre 17 % seulement en France. Dans certaines entreprises où la pratique devient monnaie courante, le succès du phénomène est tel qu'il détrône le golf en termes d'activité à faire en compagnie de ses collaborateurs. Au lieu d'organiser des déjeuners et autres événements spéciaux, la nouvelle génération de chefs d'entreprises préfère organiser des aventures en VTT et autres activités de plein air, une fois les réunions d'affaires achevées. Depuis son invention, le concept du bleisure rencontre surtout du succès auprès des cadres de moins de 30 ans, sans contraintes familiales et curieux de découvrir de nouveaux horizons.

 

Une compensation à cacher ?

Si le concept du bleisure connaît aujourd'hui une importante montée en puissance, c'est dû entre autres au durcissement des politiques de voyage d'affaires. La crise aidant, les conditions des voyages professionnels deviennent en effet de plus en plus restrictives. Séjours de plus en plus courts et optimisés au maximum, déplacement en classe économique même sur les longs courriers, les voyages d'affaires sont désormais une contrainte et plus une récompense. Pour trouver une compensation personnelle à un voyage d'affaires éprouvant donc, l'option bleisure semble être une bonne alternative. Quels que soient le plaisir et le bien-être ressentis néanmoins, l'idéal est de faire profil bas, devant les collègues notamment. En France, c'est d'ailleurs l'un des obstacles au développement du concept. Les voyageurs ayant profité d'un bleisure ne veulent en aucun cas attirer la jalousie de leurs collègues. Ils préfèrent donc financer eux-mêmes les dépenses liées aux séjours en plus et éviter de donner l'impression de profiter de l'entreprise.

Même si dans le monde du business, le bleisure n'intègre pas encore systématiquement les politiques de voyages d'affaires, le concept n'en reste pas moins une formidable opportunité de rendre plus agréable un déplacement professionnel, en permettant au voyageur de profiter d'un bien-être supplémentaire. La pratique reste possible, tant que la séparation entre les dépenses engagées à titre privé et les dépenses professionnelles est parfaitement claire.

 

 

 

A propos de l'auteur: Sarah Hoceani

Je suis passionnée de voyage depuis que j'ai opéré dans le domaine du tourisme. J'ai fait de nombreuses découvertes tout au long de mes expériences. Les voyageurs, je les connais bien. Des destinations, il y en a beaucoup. Chaque endroit est unique et cache bien des secrets. Alors, à travers mes écrits, je vous dévoile les mystères des plus beaux lieux du monde. N'hésitez surtout pas à me laisser des commentaires ou des critiques.

  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES