Voyages et chikungunya : les zones à risques

18 Décembre 2014 - Conseils aux voyageurs
Voyages et chikungunya : les zones à risques

Pendant l'hiver, de nombreux voyageurs décident de changer d'hémisphère à la recherche du soleil. C'est souvent dans les zones tropicales que l'on rencontre le moustique Titre, vecteur du chikungunya. VoyagEva.com fait le point sur les zones à risque et les mesures de prévention.

Qu’est-ce que le chikungunya?

Le chikungunya est une affection virale rencontrée généralement dans les régions tropicales. Il est transmis à l’homme par le moustique tigre, un insecte qui agit essentiellement pendant la journée. Il se manifeste par de la fièvre, des maux de tête, des douleurs articulaires, des éruptions cutanées et des accès de fatigue. La plupart du temps, les symptômes de la maladie sont légers, mais l’infection peut aussi passer inaperçue. Souvent, les personnes affectées se rétablissent très rapidement, même si parfois les douleurs articulaires peuvent persister pendant quelques mois, voire quelques années.

Les régions les plus touchées

Depuis quelques années, le chikungunya sévit en Afrique, essentiellement en République du Congo et au Gabon. À partir de 2005, cette affection a aussi touché les pays de la région Océan-Indien. Deux ans plus tard, de nombreux cas de chikungunya ont été enregistrés en Asie du Sud-Est. Ainsi, depuis 2007, l’Inde, les Maldives, le Myanmar, l’Indonésie et la Thaïlande sont les principaux foyers de la maladie sur le territoire asiatique. Quelques cas isolés ont aussi été rencontrés sur le sol européen, notamment dans la partie nord-est de l’Italie. Depuis 2013, la maladie touche aussi les Antilles et les Caraïbes. Saint-Martin, la Guyane française, la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Barthélémy, les îles vierges britanniques et Aruba sont les pays les plus affectés par le virus.

Comment diagnostiquer la maladie ?

Généralement, les symptômes du chikungunya apparaissent quatre à huit jours après la piqûre du moustique. Néanmoins, la période d’incubation peut varier de deux à douze jours. Les personnes ayant passé leurs vacances dans les zones à risques et présentant une importante fièvre, des maux de tête, des douleurs au niveau des articulations, de la fatigue et des éruptions cutanées doivent se rendre dans le service hospitalier le plus proche. Une analyse de sang permettra d’affirmer la manifestation ou non de l’affection. Si le test est positif, les services de soins prescriront des traitements symptomatiques. Le chikungunya étant une maladie virale, aucun médicament spécifique n’a été élaboré.

Les précautions à prendre pour éviter le chikungunya

Éviter les piqûres de moustique est le meilleur moyen de prévenir le chikungunya. Les personnes qui voyagent dans les régions à risques devront faire usage de produits répulsifs pendant la journée. En portant des pantalons et des vêtements à longues manches, il est aussi possible d’éviter les piqûres. Les chambres à coucher pourvues d’une moustiquaire sont également à privilégier.

Crédits Photos : diego medrano

  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES