Fès, un musée d’architecture et de civilisation

25 Août 2015 - Bons plans à partager
Fès, un musée d’architecture et de civilisation

Fès occupe une place particulière dans le patrimoine historique et culturel du Maroc. Cette ville est considérée comme un témoin vivant retraçant l'évolution politique et culturelle de l'Etat et de la société au Maghreb extrême.

 

Contrairement à la plupart des espaces historiques similaires dans le monde, qui sont devenus isolés du mouvement de la population ; Fès est l’une des villes anciennes rares qui ont encore une vie sociale, économique et culturelle dynamique .

 

La continuité d’une série historique est visible dans les ruelles étroites de Fès, les boutiques d'artisans, en face des portes historiques et des murailles fortifiées, au sein des anciennes écoles coraniques et la cour de l'Université AlQaraouin, la plus ancienne université du monde.

 

Fès, la capitale spirituelle et scientifique

 

En fait, Fès qui a célébré il y a quelques années 12 siècles de civilisation, a continué de retenir son statut comme le cœur battant de la vie politique et culturelle du pays.

 

Les interactions démographiques et culturelles qui ont accompagné la construction de Fès en 789 après JC révélent le mystère de cette profondeur culturelle continue. La ville a reçu au début de sa fondation deux migrations: la migration des familles andalouses fuyant les tribunaux d’inquisition espagnols, puis la migration des familles arabes venant de Kairouan, en plus d'un rassemblement juif important. Ces interactions ont été une source historique et culturelle qui a enrichi l'équilibre du patrimoine.

 

La vieille ville de Fès (La médina) a des dizaines de mosquées et d'écoles traditionnelles

ce qui l’en fait de cette ville un centre scientifique et intellectuel. C’est une des raisons pour laquelle les marocains appellent Fès la capitale spirituelle et scientifique.

 

L’université AlQaraouin est l’un des monuments les plus importants à Fès. Elle a été construite à 859 après JC par Fatima Al Fihria. L’université a continué à rayonner jusqu’au milieu du XXe siècle, avant que l’intérêt pour le système d’enseignement traditionnel ne soit diminué à cause de la construction des institutions éducatives modernes, depuis l'entrée de la colonisation française.

 

La liste des gens qui ont passé par cette institution religieuse et éducative

comprenait les noms des grands philosophes et scientifiques comme Ibn Zohr (Avenzoar), Ibn al-Banna, Ibn Maïmoun (Moïse Maïmonide), Ibn Baja(Avempace), Ibn Khaldoun, Ibn Arabi et Lissan Eddin Ibn al-Khatib.

En Plus des Arabes et des musulmans, Il y avait des européens qui ont étudié à l'Université AlQaraouin de Fès comme le pape Sylvestre II (Gerbert d'Aurillac, qui a servi en tant que pape de 999 à 1003 après JC et qui on lui a été attribué l'introduction des chiffres arabes en Europe).

 

La confrontation des difficultés

 

La médina de Fès est pleine d’un certain nombre d'écoles traditionnelles autour d’AlQaraouin, qui reflètent aujourd'hui le génie architectural des artisans de la ville. Les plus célèbres d’entre ces écoles sont la médersa mesbahia (Abou Hassan al-Marini) et la médersa Bou Inania (Abu Innan), et la médersa Seffarine qui a été construite pendant l’ère d’Abu Yusuf al-Marini en 1280 après JC. Ces écoles ont servi comme des institutions de réadaptation qui permettaient aux étudiants de faire leurs études supérieures à l’univérsité AlQaraouin .

 

Bien que Fès a été classée au patrimoine de l'humanité de l’UNESCO en 1981 -ce qui a donné un grand espoir de sauver ce vestige historique- les gains qui ont été obtenus à cet égard ont été limités.

Le mouvement économique dans la médina de Fès a diminué à cause de la retraite de la compétitivité des métiers traditionnels qui ont fait la gloire de la ville et sa population, et aussi à cause du transfert des centres de relance économique et des services aux zones modernes de Fès.

Les marocains ont toujours été fières de la particularité unique de Fès, d’être un musée plein de vie continue à travers les siècles et non pas juste des sites abandonnés. Cependant, les défis démographiques et les menaces du climat et les changements économiques imposent aux responsables de la maintenance de ce patrimoine culturel et architectural de le protéger et au même temps, d’arrêter les effondrements qui rendent la vie de la population de la médina de Fès pleine d’horreur continu.

 

 

Cet article vous est offert par l’agence Abid Cars de location de voitures à Fès. N’hésitez pas à nous rendre visite si vous êtes dans les environs.

 

  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES