Visiter Alotau durant votre voyage en Papouasie

26 Mars 2021 - Oceanie
Visiter Alotau durant votre voyage en Papouasie

La Papouasie-Nouvelle-Guinée occupe principalement la partie orientale de l’île de Nouvelle-Guinée en Océanie où se trouve la capitale Port Moresby. La Nouvelle-Guinée occidentale constitue l’autre moitié de l’île sous la bannière de l’Indonésie. L’Île Bougainville appartenant géographiquement aux îles Salomon ainsi que la Nouvelle-Irlande et la Nouvelle-Bretagne toutes deux les principales îles de l’archipel Bismarck, viennent compléter une partie du territoire continental situé au nord de l’Australie dans le sud-ouest de l’océan Pacifique. Un groupe de 600 îles et îlots dont uniquement 160 sont peuplés et la partie méridionale de la Papouasie-Nouvelle-Guinée forme la Province de Milne Bay. La capitale de ce district qui s’étale sur plus de 250.000 km² également appelé le Massim du nom de l’Île de Misima est Alotau. Le petit continent du bout du monde où certains volcans sont encore actifs et dont les tsunamis et les tremblements de terre défraient les chroniques sont la promesse de vacances hors du commun au milieu d’une végétation luxuriante et d’une nature sauvage. La destination s’apprécie non seulement pour la beauté de ses plages, de ses forêts sanctuaires d’une faune et flore d’exception, mais aussi pour la découverte d’une culture ancestrale singulière.  

Plongée à Milne bay

Alotau s’ouvre sur la splendide baie de Milne. La Papouasie-Nouvelle-Guinée est un paradis pour les férus de plongée sous-marine évoluant dans un univers où les plus beaux sites sont réunis dans un mouchoir de poche. Localisé au cœur de l’Indo-Pacifique, le sanctuaire sous-marin papouasien héberge des coraux et un large éventail d’espèces de poissons qui n’existe nulle part ailleurs. Les photographes professionnels s’en donnent à cœur joie dans ces eaux topaze et translucides où les vestiges de la Seconde Guerre mondiale côtoient des tombants, des herbiers marins et des récifs coralliens. Situé au centre du Triangle de Corail formé par les Îles Salomon, les Philippines et l’Indonésie la Papouasie-Nouvelle-Guinée propose une aire de biodiversité qui se découvre en randonnée masque-palmes-tuba pour les pratiquants qui préfèrent les eaux de faibles profondeurs.

Les sites de plongée de la baie de Milne sont d’une grande diversité. Les bancs de coraux multicolores sont superbes et préservés du réchauffement climatique. La météo tropicale tout au long de l’année est à l’origine des températures de l’océan qui oscillent entre 25 °C et 29 °C en fonction des saisons. La meilleure période pour s’adonner à la plongée depuis Alotau ou Tawali est celle qui court de septembre à janvier. Les pluies abondantes qui tombent entre mai et août entraînent une mauvaise visibilité sur les Muck Dive situées à proximité des côtes. La station balnéaire de Lauadi est réputée pour ses Muck Dive proche de la plage. Il suffit de plonger 8 à 10 m en profondeur pour contempler le ballet des poissons-lions, des crabes orangs-outangs, des poulpes mimétiques, des crevettes arlequins, des poissons-scorpions, des hippocampes, des sèches, des poissons-crapauds, des nudibranches et des stations de nettoyage.   

Il n’est de plus beau site de plongée dans la région que celui de Deacon’s Reef surplombé par une forêt tropicale. La falaise corallienne située sur le littoral regorge d’impressionnantes gorgones et de tubastrées orange arborescentes qui poussent pratiquement en surface. Ici, les plongeurs croisent des raies mantas, des requins-marteaux et des bancs entiers de carangues. Le tombant de Tania’s Reef visible à 2 m de la surface vaut également que l’on y pique une tête jusqu’à 45 m de profondeur. La paroi sud abrite de superbes coraux mous, de splendides bénitiers et des tortues. Le site de Cherie’s Reef offre aux plongeurs de magnifiques parois marines où s’agglutinent des gorgones-balais, des hippocampes et d’énormes bancs de poissons. Les vacanciers amateurs de plongée en bouteille découvrent le tombant de Wahoo Point qui s’enfonce jusqu’à 60 m fréquenté par des barracudas, des baleines de Minke, des requins-marteaux et des orques. Au fond de la Baie de Milne git le Muscoota un cargo coulé pendant la Seconde Guerre mondiale à Waga Waga juste en face de la capitale Alotau. À proximité de la plage de Cape Vogel, les plongeurs découvrent l’épave de la forteresse volante le bombardier Black Jack B17.

Un paradis pour ornithologue

À l’intérieur des terres ou sur le littoral, les trois quarts de la superficie du territoire sont recouverts d’une épaisse forêt primaire et secondaire. L’abondante richesse de cet impressionnant écosystème est due à la situation géographique de l’île au confluent des îles du Pacifique du Sud-Ouest, de l’Australie et de l’Asie. Les 2/3 des orchidées qui existent sur la planète sont recensés en Papouasie, 300 espèces de mammifères, 450 sortes de papillons, 9.000 plantes, 200 variétés de reptiles, une centaine de serpents et plus de 886 espèces d’oiseaux s’offrent aux visiteurs. Le pays est réputé pour sa faune aviaire aux plumes éclatantes que de nombreuses tribus locales utilisent pour parer leurs costumes traditionnels et leurs coiffes. Les plumages colorés des oiseaux de Paradis comme le Paradisier multifil, le Paradisier petit-émeraude, le Paradisier de Raggi ou le Paradisier royal sont parmi les 41 espèces que compte l’île. Les cendrawasih constituent les principales attractions d’une promenade dans l’épaisse végétation tropicale et humide des forêts aux environs d’Alotau. Il est recommandé de profiter de la bruine du matin pour espérer observer le Casoar géant, le Cacatoès aux yeux bleus, le Cacatoès à huppe jaune, le Héron à tête blanche, les Kakomos, le Loriot papou et le Perroquet pygmée.       

Choc des cultures et one talk

La population de la Papouasie-Nouvelle-Guinée est un patchwork d’une centaine d’ethnies dont les Papous constituent le groupe le plus important devant les Mélanésiens et les négritos. Les férus de culture découvrent un modèle social complexe ainsi qu’un pays isolé doté d’une culture riche et d’un art pluriséculaire mal connus, bien loin des idées reçues sur les pratiques du cannibalisme et des coupeurs de tête. Ici, la magie noire et la sorcellerie sont d’usages fréquents tout comme les coutumes tribales qui se transmettent de génération en génération. Le plaisir de découvrir les Haus Tambaran ou maisons habitées d’esprits dans lesquelles se déroulent les rites anciens, les skull caves ou grottes ancestrales fiefs du cannibalisme, la tribu des Asaro Mudmen aux masques et parures en boue est inestimable. Un grand nombre de Papous vivent encore aujourd’hui au sein de petits villages de la pêche, de la chasse, de l’artisanat et en autosuffisance agricole. La tradition du Wantok ou one talk en anglais encore très vivace, intime aux villageois d’appartenir à vie à un clan.   

En étant hébergé chez la tribu des Huhu dans le village de Bibiko les aventuriers s’imprègnent de la culture et du mode de vie locaux. Il est recommandé avant de pénétrer dans un village de respecter les coutumes et croyances papoues en demandant en amont la permission, car en grande partie, les terres sont la propriété des communautés. Les femmes s’occupent du village et se dévouent aux tâches ménagères tandis que les hommes se consacrent au commerce, à la guerre et à la chasse. La nourriture papouasienne à base de manioc, de taro, de légumes verts à feuilles et de banane est servie dans des plats en terre cuite. Le pittoresque village de Dodobana dans la région d’Ahioma se découvre à travers la visite des petites huttes aux toits de chaume, la cuisine Tawala et des occupations journalières des villageois comme la pêche. Avant d’expérimenter pleinement l’hospitalité mélanésienne, les visiteurs sont accueillis par les autochtones avec une cérémonie de bienvenue traditionnelle. Petits et grands se familiarisent au tissage de jupes d’herbe, à la préparation de costumes de fête et de cocottes en terre cuite. Au village de Gehi Gehi les tawalas initient les voyageurs à la pêche à bord de pirogues ou waga et aux techniques de fumage du poisson avant que ces derniers ne se baignent dans les eaux turquoise de la mer de Corail.   

Sing Sing

Les festivals ou sing sing sont un aspect essentiel de la culture papoue. Une cinquantaine de groupes ethniques issus de toutes les régions du pays se réunissent lors de grandes fêtes qui font la fierté des villageois. Les rassemblements sont l’occasion pour chaque tribu d’exposer sa culture et de s’impressionner mutuellement avec ses danses, coutumes, croyances et musiques. Les hommes et les femmes portent haut les couleurs de leur ethnie avec de magnifiques masques, des peintures corporelles ancestrales caractéristiques, de riches costumes traditionnels ou bila, des parures de plumes bigarrées ainsi que des danses et des chants traditionnels envoûtants.

En novembre se tient le festival culturel d’Alotau beaucoup moins réputé que le Mount Hagen Show du mois d’août ou le Goroka Show qui a lieu en septembre autour de la fête nationale. Le Kenu & Kundu Festival est un rassemblement convivial et enthousiasmant parce qu’il permet à cause de sa taille réduite beaucoup plus de dialogues et d’interactivités avec les voyageurs de passage. L’évènement est focalisé autour des pirogues traditionnelles les Kenu ou canoë de guerre dont les proues sont ornées de magnifiques sculptures en bois typiques de la région de Milne Bay. Pendantle festival les visiteurs assistent à des courses de canoës, des rassemblements Sing-Sing et à de grands banquets où les tribus s’échangent de la nourriture. Le Kundu ou le tambour traditionnel tribal papou figure sur les armes de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. L’instrument en bois qui épouse la longue forme d’un sablier possède une membrane de serpent, une poignée richement décorée et des ornementations en forme d’animaux. Chez les Papous, le Kundu est la voix des ancêtres qui se manifestent lors de rituels et des cérémonies religieuses ou civiles.

Art et tribus

La culture multiséculaire de la Papouasie-Nouvelle-Guinée est liée à une riche tradition créatrice qui s’exprime à travers les objets souvenirs de l’art tribal papou. Les paniers tissés également appelés sinapopo sont emblématiques du patrimoine de la région de Milne Bay. Certains propriétaires sont enterrés à leur mort avec ces symboles de richesse. Dans certaines tribus comme les Ware et les Tubetube le travail de la poterie est largement répandu le long des terres qui longent le littoral. Les habitants de l’île de Woodlark au nord-est d’Alotau sont réputés pour la fabrication de haches et d’herminettes utilisées pendant les cérémonies. Les collectionneurs férus d’art primitif ainsi que les musées des grandes villes internationales hébergent des collections de l’art papou. Des objets destinés à la guerre comme des boucliers, lances, flèches, masques, statues, tambours et coiffes guerrières sont parmi les souvenirs indémodables à découvrir dans les marchés de souvenir et à ramener d’un périple en Papouasie.  

Le patrimoine papou

La petite ville d’Alotau nichée au pied de collines verdoyantes qui plongent dans les eaux topaze de la mer de Corail se révèle aux promeneurs ou aux croisiéristes fraîchement débarqués du port depuis un point de vue perché propice à un pique-nique. La vue panoramique sur la baie aux plages de sable noir volcanique ainsi que sur les toits en tôles des maisons est à couper le souffle. La récente histoire de Milne bay est étroitement liée au conflit qui a opposé l’armée impériale japonaise aux soldats australiens durant la Seconde Guerre mondiale. Les passionnés d’histoire ont l’opportunité de visiter le site de Turnbull War Memorial Park où un monument commémoratif se dresse à la mémoire des soldats australiens tombés sur le champ de bataille. Depuis 2016, le charmant musée et centre culturel du Massim Museum ouvre ses portes pour faire connaître au plus grand nombre la culture mélanésienne de la province de Milne Bay. Les objets exposés sont des sculptures en bois, des objets de vannerie tressés comme des masques, des coiffes et des paniers, des canoës traditionnels, des tableaux et sculptures d’art contemporain ainsi que des photographies communautaires.

Un trésor bien gardé

La province de Milne Bay à l’extrême pointe est du pays est le secret le mieux gardé du pays. Son isolement, la beauté des paysages qui combine mer bleu azur aux fonds marins exceptionnels et montagnes recouvertes d’une jungle à la végétation luxuriante, la gentillesse de l’accueil font de la destination un immanquable lors d’un séjour en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Des excursions et découvertes à destination des territoires voisins encore méconnus s’ouvrent au départ d’Aloteau telles que la région du sud de Papua qui abrite la capitale de Port Moresby, l’archipel des Trobriand et la Nouvelle-Irlande.

A propos de l'auteur: Emma Cruz
Avant, j'étais journaliste, mais après j'ai consacré  une grande partie de ma vie à visiter les quatre coins du monde. Je ne m'en passe plus actuellement et notamment pour le futur. J'ai fait pas mal de route jusqu'à maintenant. Et ces découvertes, je vous les partage afin que vous puissiez être bien préparé avant d'entreprendre votre escapade lointaine.  Alors, soyez prêts à découvrir le monde et n'oubliez pas de partager vos avis ou vos commentaires.
  • Partager :
  • Réagir :

Postez un commentaire

captcha

Découvrez egalement

PARTENAIRE DE VOS VACANCES